Monthly Archives: July 2013

Site du Bégo at Plouharnel

11bisIt’s a German battery constituted by 180 reinforced concrete elements hidden by the dunes.

It was built during World War II as part of the Atlantic Wall. The aim of this fortification was to protect Lorient’s harbor and the German submarines established at Lorient.

The construction of this site began in 1941 and lasted 2 years. 2000 people worked on it, among them local people, foreigners and prisoners from Continue reading

Lorient

Lorient had a strategic role in the Battle of Atlantic during World War II. From 1940, Admiral Dönitz, Commander-in-Chief of the navy decided to base some German submarines in French ports including Lorient.

In June 1940, 1500 workers took part in the construction of a submarine base in the southern part of the town in order to protect the German submarines from English air bombings. Indeed, the base was reputed indestructible. That’s why many bombings transformed the town in a vast field of ruins: Lorient was four-fifths destroyed because of heavy air attacks in January and February 1943.

During the American relief of Brittany in August 1944, the German army established in Lorient, entrenched itself in a “pocket” which included Lorient, the Laïta banks, Guidel, Gestel, Hennebont, Kervignac, Port-Louis, Etel’s river, Quiberon Peninsula, Groix, Belle-Ile and Hoedic. Germans occupied the submarine base in order to prevent the Allied to use it as a logistics base. From 1942, Hitler ordered to Continue reading

Resistance in Brittany

In order to ensure the success of the landing in Normandy, it was very important to slow down the coming of German reinforcements in Norman beaches. 10 000 German were present in Brittany.
Geographic situation of Brittany is ideal thanks to the proximity with England and allowed the repatriation of French and English forces across the English Channel.

From the beginning of the war, Bretons did not accept to be under German occupation. That’s why in the days after the Appeal of General de Gaulle (the origin of French resistance), many ships left Breton harbours to reach England and be part of the Free French Forces. On June 26th, 127 men left the île de Sein.

Acts of sabotage were important characteristic of resistance in Brittany. The aim was to put Germans in

Afin d’assurer le succès du Débarquement en Normandie, il faut à tout prix ralentir l’envoi de renforts allemands sur les plages de Normandie. Or 150 000 soldats allemands sont présents en Bretagne.

La situation de la Bretagne est idéale. En effet, la proximité géographique avec l’Angleterre a permis le rapatriement de forces françaises et anglaises outre-manche.

Dès le début de la guerre, les bretons n’acceptent pas l’idée d’une France occupée. C’est pourquoi, au lendemain de l’appel du Général de Gaulle (le 18 juin 1940), de nombreuses embarcations quittent les ports bretons en direction de l’Angleterre. Le 26 juin 1940, 127 hommes âgés de 14 à 54 ans quittent l’Ile de Sein.

Les actes de sabotage sont également une caractéristique importante de la Résistance en Bretagne. Le but est de mettre les Allemands en difficulté dans la région. A la fin de l’année 1943, on comptait 63 coupures de lignes téléphoniques. Les attentats contre les soldats allemands étaient également importants. En 1943, 31 attentats ont eu lieu dans le Finistère.

On ne peut pas parler de Résistance sans évoquer le maquis de Saint-Marcel. Il s’agit d’un petit bourg dans le Morbihan situé à proximité de Vannes, Ploërmel et Malestroit. Il est rapidement devenu l’un des plus importants maquis des Forces Françaises Libres de Bretagne et a accueillis jusqu’à 2500 résistants. C’est une ferme située à proximité d’une dropping zone établis par les Alliés qui servira de point de ralliement. En 1944, le Conseil National de la Résistance donne la mission aux résistants de la région de détruire les lignes téléphoniques, voies ferrées et également de mettre en place des opérations de guérrillas. Pour leurs missions, les résistants bénéficieront de l’aide des parachutistes de la France libre.

Le 18 juin 1944, Résistants et forces allemandes se sont affrontés. Les pertes allemandes y étaient plus importantes les pertes dans les rangs de la résistance. A la tombée de la nuit, les combats stoppent et les résistants prennent la décision de se disperser et d’abandonner le camp.
La répression Allemande est sévère. En effet, de nombreuses exécutions auront lieu. C’est le cas, par exemple à Port-Louis où 69 résistants ont été exécutés.

On peut également citer le Fort de Penthièvre, transformé en geôle et lieu d’exécution durant la Seconde Guerre Mondiale. D’avril à juillet, 59 résistants y ont trouvés la mort.

Continue reading